Audiovisuel & Ecritures

chat alors !

Quand je pense à un chat, je pense à une boule, une boule de poils, une boule de chaleur. Quand je pense à ça, je pense à moi, les poils en moins fourni et le poids d’un autre gabarit. Je rêve de vagabondages, d’aventures sans limite, de minutes de bonheur chapardées çà et là.

 

 

Je me vois rouler dans l’espace, dans un charivari délirant où des chats de gouttière, dans une démarche chaloupée, chantent une sérénade, chahutant ça et là des dormeurs contrariés. Je me vois courir au devant de chattes, à la recherche de chaleur, à la recherche d’un toit, d’un moi tout différent d’elles. Je cours, je danse le cha-cha-cha, bien sûr, dans des rues sombres où ma couleur se confond à la nuit. Et j’en profite pour chahuter les chattes sans chaperon, je leur déclame ma flamme par chapitres entiers, elles aiment ça. Elles ronronnent, les caresses, les frottements se pointent à l’horizon.

 

 

Libre, indépendant, fougueux, téméraire, chafouin, je me prends au jeu et elles aussi. Elles sont faites comme des rattes, les pauvres chattes. Ma chaleur les attise, ma chaleur les hypnotise, ma chaleur les apprivoise. De sauvages, elles deviennent minettes ; de fugueuses, elles deviennent fougueuses. Nos chants amoureux réveillent à nouveau les dormeurs ; mais nous, on a si chaud que c’est bon d’être comme chats.

 

 

Mais hélas, le rêve se brise, je ne suis même plus un vieux matou au poil dégarni qui pourrait souhaiter d’autres balades nocturnes, mais bien un vieillard aux articulations rouillées qui taquine  uniquement ses poissons rouges, pour oublier les chattes du quartier. 

 

 

 



29/04/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres