Audiovisuel & Ecritures

Nuit noire

Nuit noire, aussi noire que l’âme de Jacques Perbet qui déambule sur les quais du port, sans savoir où aller, où se cacher. Dans cet espace lugubre et silencieux, il espère trouver un trou, un antre pour se faire oublier, pour ne plus penser au malheur qu’il vient de provoquer… en tuant femme et enfants.

Son attitude aurait eu une justification, si la lune avait été pleine et blanche, car il paraît que son aspect blême agit sur les esprits faibles, perturbés par des ombres maléfiques. Mais non, la lune avait déserté le ciel, rendant la mer aussi dangereuse qu’une forêt tropicale dense plongée dans l’obscurité. Le port dort.

Peut-il compter sur sa complicité paisible, en attendant que les cieux s’éclaircissent ? Il le souhaite de toute son âme, mais je vous l’ai déjà dit elle était trop noire pour respirer l’espoir. Et pourtant un bruit sec lui offre une issue à son désespoir. Une brise vient de faire claquer une voile d’un petit bateau, amarré à une bite grise. Le voilier, les flots, la fuite vers l’horizon infini, voilà la solution. Avec son large couteau de boucher, avec lequel il a trucidé sa famille, il découpe, détériore avec force et hargne, l’épaisse corde qui relie le bateau à la terre. Le voilier est libéré de son entrave, Jacques souhaite, comme lui, retrouver aussi sa liberté, même s’il sait que sa fuite ne gommera jamais son œuvre sombre. 

cratère de nuit.jpg



14/06/2016
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres