Audiovisuel & Ecritures

Il suffit d’un peu de rythme.

Toute la musique que j’aime, qu’elle vienne de là ou bien d’ailleurs, et peu importe si j’ai le blues ou pas, est une musique qui me transporte, qui me tire ailleurs, au Sénégal ou aux States.

D’abord, c’est l’effleurement discret de deux balayettes sur la peau tendue d’une caisse claire qui éveille mes sens, tout de suite suivi par l’accompagnement sourd d’une basse que des mains, noires de préférence, vont faire vibrer, pour insuffler un tempo. Mes doigts frissonnent déjà.

Puis, la voix rauque et chaude d’un saxo traduit les intonations secrètes d’un être humain qui lâche tout son souffle, toutes ses émotions. Mes doigts n’en peuvent plus, ils craquent, ils claquent ! Ils battent la mesure qui, vicieuse, ne demande que ça. L’orgue électronique pousse son cri strident et accentue le rythme : j’ai chaud. Les fourmis ont envahi mes pieds, le claquement de mes doigts se fait plus intense. Le morceau s’accélère. Un orage de cuivres gronde et résonne dans ma tête. En une fraction de seconde, il balaye ma morosité passagère. Mes pieds ont décrété leur indépendance, ils swinguent sans mon autorisation. Les chœurs lancent leurs “Ouap Doo Aaaah” syncopés. C’est magique ! Je me sens léger et je serai ainsi tant que la musique sera bonne.

Ca y est, je décolle. La chanteuse pousse sa gueulante d’une voix suave, soulignée par les trémolos du sax. C’est l’extase ! Et peu m’importe le sens profond ou puéril de ses paroles, je vibre. Qu’elle me parle d’un amour perdu, de l’augmentation du prix des patates ou bien de son amour fou pour son chien, Oh yeah, baby ! Je plane ! Car je sais que toute cette musique que j’aime est pour moi, for me, for me, formidable.

 


01/08/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres